Tom Clancy’s The Division : Beta du jeu tant attendu.

Après un silence radio totalement insoutenable (je sais, je sais) je sors de mon état d’ermite du JV pour vous parler d’un jeu qui a déjà eu une petite place sur le blog lors de mon billet sur la Paris Games Week : Tom Clancy’s The Division ! Si on outrepasse le fait qu’Ubisoft use et abuse du nom d’un homme décédé tel un tramp stamp que l’on est trop nostalgique pour faire retirer, ce jeu s’est avéré prometteur dès son annonce et a su monter haut dans mon échelle de la hype.

Plantons le décor: New York, de nos jours. Une pandémie éclate au moment du Black Friday causant le chaos dans tout le pays en seulement 5 jours. Heureusement, vous faites partie de la Division, une unité d’agents d’élite « dormants » prêts à intervenir à tout moment lorsque toutes les autres structures ont échoué. Et justement c’est le cas.

Le pitch (lol) n’a rien d’extraordinaire mais mélangez ça à un monde ouvert dans une partie de New York recréée pour l’occasion et là vous avez un jeu tout à fait prometteur.

Je voudrais passer rapidement tous les petits désagréments de com auxquels a du faire face le titre ces temps ci, notamment un hypothétique downgrade depuis la version présentée à l’E3 dont on SE FOUT ROYALEMENT. Mais vraiment ! Le jeu reste très bien graphiquement, arrêtez de vous mettre la rate au court-bouillon pour rien. Vous en voyez beaucoup des jeux qui sortent plus beaux que ce qu’ils ne le laissaient paraître dans les premiers trailers ? Bon. On peut revenir sur la hype maintenant ?

(Je sais que ma dernière grosse hype remonte à Evolve et que ça n’a rien donné de glorieux. Soyez des lecteurs cools et veuillez ne pas lire cet article avec des a priori :3)

Le 28 janvier dernier se lançait donc la beta de The Division sur PC, Xbox One et PS4. Un code était promis à ceux qui avaient précommandé le jeu, les autres pouvaient tenter leur chance sur le site officiel (et se taper un joli mail de liste d’attente :D).
Je pense que vous avez pu lire ou voir certaines choses sur cette période de beta test, à mon tour de vous livrer mon avis sur mes quelques sessions de jeu en tant qu’agent de la Division smile

Pas là pour faire du tourisme.

Première chose à faire avant même de poser un pied dans la ville, créer son agent. En effet, plusieurs options de personnalisation sont à notre disposition pour donner l’apparence que l’on veut à notre avatar. Manque de pot, elles n’étaient disponibles pour la beta (comme BEAUCOUP d’autres choses d’ailleurs, le menu était saturé de « PAS DISPONIBLE »). Passé le choc des visages de femmes créés aléatoirement, on se lance.

Mon bonnet cache parfaitement mon absence de coupe de cheveux.
Mon bonnet cache parfaitement mon absence de coupe de cheveux.

Dans le but de ne rien nous dévoiler de l’histoire, ou en tout cas le moins possible, on se retrouve immédiatement dans un hélico avec une femme aux tendances autoritaires et carrément mal en point. Mais bon elle compte sur nous, alors on se la ferme et on va avec les autres dans un camp de base qui grouille de nouveaux joueurs, comme nous.
A partir de là, à nous de faire comme bon nous semble dans l’espace de la map auquel on a accès. Un panneau d’affichage nous permet d’ailleurs d’updater notre map avec plein de petites indications et de mini missions.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160131193122La première mission principale que l’on a l’occasion de réaliser nous récompense par l’ouverture de la base d’opération. Cette étape est primordiale pour plusieurs raisons. La première, évidente, et que c’est obligatoire pour poursuivre l’histoire. La seconde est que cette base est indispensable pour avoir accès à toutes les améliorations auxquelles votre personnage peut prétendre: capacités spéciales, achat/vente et amélioration de stuff, crafting…
En effet, la base se divise en 3 sections principales (outre le hall où c’est juste le bordel :D) : la section médicale, la section de sécurité et la section technique. Lorsque vous arrivez, la section médicale ne dispose d’aucun personnel soignant, la section de défense est privée de son capitaine et la section technique n’abrite pas la moindre tête pleine. Je vous laisse deviner la suite ! A vous, au travers de diverses missions, de développer chaque aile et d’apporter les moyens nécessaire à leur expansion. Si vous trouvez que sauver New York n’est pas assez gratifiant comme raison de mouiller le maillot, sachez que chaque amélioration d’une aile vous apportera des upgrades spécifiques à chaque spécialité telles que du stuff ou des capacités spéciales.
Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130200439La beta par exemple, nous axait obligatoirement sur l’aile médicale. Grâce au sauvetage d’un docteur, on récupérait un allié de taille afin de lutter contre le virus dans la base d’opération, mais également d’un slot supplémentaire dans l’inventaire pour porter des medikits ainsi qu’une capacité spéciale (dans la catégorie soin bien sur). Ainsi, suivant l’orientation que l’on veut donner à notre personnage l’ordre et le choix des missions est stratégique afin de débloquer en premier les points dont on a besoin.
Pour combler votre curiosité, sachez que l’aile de recherche vous ouvrira les portes de capacités offensives au moyen de gadgets qui font bobo et l’aile de sécurité s’oriente sur la défense grâce à divers boucliers et buffs.

Outre les ailes spécifiques, la base d’opération abrite également tous les marchands ainsi qu’un stand de crafting et de précieux (vous verrez plus tard en quoi ils le sont) coffres.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130205042
Un hôpital de fortune en plein Madison Square Garden.

Les rues de New York sont en proie à une pandémie sans précédent, comme vous le savez. Trouver de quoi vous occuper au fil de vos « ballades » ne devrait pas poser de problèmes. Diverses missions de sauvetage, récupération d’informations ou même bottage de fesses de gangs d’affreux jojo sont donc à prévoir.
La beta m’a laissé sur ma faim de ce côté là, le contenu étant assez pauvre. Difficile de se faire une idée réaliste de l’étendu du contenu qui nous sera proposé. Alors bien sûr, il faut relativiser, ce n’était qu’une beta mais j’espère que l’argument du « on ne veut pas vous spoiler » n’est pas là pour cacher un manque certain d’épaisseur des missions. Et je prie pour que le point godwin du « PLUS DE MISSIONS EN DLC POUR 235 DOLLARZ SEULEMENT ! » ne soit pas invoqué dès la sortie.

D’ici là, le jeu a encore des cartes à jouer pour nous entraîner dans son univers et justement la suite de cet article en aborde l’une d’elle.

Flou sur la Dark Zone.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160131194352
« NOPE. »

La Dark Zone. Rien qu’au nom, t’as pas trop envie d’y mettre les pieds. On t’avertit qu’un mur a été érigé autour de cette zone de non droit où des gangs sèment la terreur et quand tu arrives devant tu te dis que le mur doit être à la hauteur de la menace. Ah oui et puis au fait, le PvP est actif dans cette zone. En clair ? N’importe quelle personne croisée, IA ou joueur, peut te transformer le corps en morceau de gruyère pour peu qu’il soit un minimum bien stuffé, d’un niveau supérieur au tiens, ou tout simplement que tu ne l’ai pas vu assez rapidement. Ouhhhh ambiance.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160131201002On pourrait avoir l’impression que je grossis le trait, mais en fait non. J’avoue que ma première expérience avec la DZ a été assez compliquée et frustrante. Le principe de cet endroit est resté assez flou à mes yeux sur mes premières heures de jeu. J’ai réellement cru pendant un moment que cette zone n’était là que pour satisfaire le besoin de PK d’une majorité de joueur et que les développeurs avaient à peine cherché à dissimuler ce but.
Je m’explique: pas plus tôt arrivée je me fais descendre au premier coin de rue, sans comprendre ce qu’il m’arrive. Une fois, deux fois, trois fois. A chaque fois j’arrive à m’aventurer un peu plus loin dans la Dark Zone mais jamais jusqu’à un endroit bien intéressant. Pire, mon enthousiasme s’amenuise à vue d’œil. En plus, ces attaques sont tout aussi injustes qu’inutiles puisque je n’ai jamais le temps de ramasser quelque loot que ce soit et mes assaillants repartent bredouille.
Quand, à force de persévérance, j’arrive au centre de la zone, un joli message me prévient qu’un certain joueur à atteint un niveau d’agent renégat (lorsque vous tuez d’autres joueurs, un score de renégat s’affiche au dessus de votre tête à la vue de tous) très élevé et que le tuer me rapporterait gros. Genre sérieusement ? Le truc le plus intéressant à faire dans ton jeu là, tout de suite, c’est de lâcher mon exploration pour partir à la recherche d’un fdp qui profite d’être un plus gros kiki que tout le monde pour partir en killing spree ?
Heureusement, je n’ai pas abandonné mon exploration de la Dark Zone malgré quelques autres meurtres à mon encontre perpétrés par mes camarades d’infortune.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130212711

Heureusement dis-je, car une poignée d’autres joueurs a quand même restauré ma foi en ce jeu, la communauté des joueurs et, il faut le dire, en l’humanité toute entière. Oui oui.
Au détour d’une rue on croise un joueur mal en point qu’on heal puis on parcours quelques mètres ensemble histoire de surveiller ses arrières. On assure une extraction à plusieurs afin de surveiller chaque coin alors que nous sommes tous de parfaits inconnus. On se prend à retenir les pseudos des joueurs qui nous ont prêté main forte afin de rendre la pareille une prochaine fois ou juste savoir sur qui on peut compter à l’avenir.
Toutes ces petites choses me font dire que la Dark Zone n’est pas perdue et qu’elle peut se transformer en zone où le gameplay sera surement le plus intéressant, pour peu que les joueurs y mettent de la volonté et que les développeurs surveillent de près le metagame afin de prévenir les abus possibles.

En outre, la Dark Zone n’est pas que le théâtre de massacres entre joueurs. En effet, les bandes de malfrats les plus coriaces s’y trouvent et y sèment la terreur. Sur comme autours d’elles se trouvent de jolies sources de loot afin de stuffer votre personnage comme l’armée américaine. Mais attention ! Chaque objet trouvé dans la Dark Zone est hautement contaminé. Il vous est totalement interdit de les ramener hors de cet endroit sans une extraction en règle. Votre stuff reparti en hélicoptère vous attendra bien sagement, décontaminé, dans les coffres de vos bases.
Si votre butin n’est pas correctement extrait, vous risquez de le perdre à chaque mort.
Lorsque vous succombez après une attaque d’un ennemi, votre point de mort reste affiché sur votre carte afin que vous puissiez, si vous le souhaitez, aller récupérer votre stuff resté à l’endroit de votre dépouille. Si c’est un autre joueur qui vous tue par contre, il est fort probable qu’il pille ce que vous avez sur vous immédiatement, sans possibilité de le récupérer autre que la vengeance en mode œil pour œil. A vous de voir si le jeu en vaut la chandelle.

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160201202730
Les extractions, c’est le meilleur moyen d’être pris en embuscade !

J’ai eu l’occasion de parcourir la Dark Zone avec mon monsieur et on se sent clairement plus safe à deux que seul. C’est la meilleure option pour apprécier la Dark Zone sans trop se poser de questions. Hâte de voir ce que vont donner les descentes au cœur des bas-fonds de New York une fois un groupe solide formé. Bref, hâte de jouer avec la Team Bonux ! smile1

Bientôt le verdict.

J’avoue ne pas avoir passé énormément de temps sur cette beta. Déjà parce qu’il y avait Bannière de Fer sur Destiny cette semaine là (faut pas déconner!) et ensuite parce que le contenu disponible n’était pas très dense à tous les niveaux. Au delà de ça, les capacités spéciales étaient bloquées et farmer pour du stuff que je ne pourrai pas garder ne m’enchantait pas plus que ça.
Je pense quand même approfondir un peu plus l’expérience avant la sortie du jeu puisqu’il se dit dans les couloirs obscurs des internets qu’une autre phase de test va poper d’ici là.
Je ne m’attends pas à grand chose pour celle-ci, mes espoirs sont tournés vers la sortie du jeu où les premières heures vont surement être décisives.

Quand même, j’espère que le jeu ne nous décevra pas sur le contenu en terme de diversité des missions. J’attends également au tournant tout ce que pourra nous proposer la Dark Zone puisque mis à part des extractions j’avoue ne pas avoir fait grand chose là-bas. Un joli choix dans les armes serait un plus surtout qu’avec le système de mod ça semble déjà prometteur.
J’apprécie également le principe de personnalisation de la tenue sans que cela n’affecte notre potentiel offensif ou défensif. D’ailleurs je croise les doigts pour que la personnalisation de personnage soit à la hauteur de mes espérances, je voudrais avoir beaucoup d’options !

En bref et pour conclure, cette session de jeu ne m’a ni complètement convertie, ni totalement refroidie. Le jeu est précommandé depuis mars 2015 en ce qui me concerne, le concept m’ayant conquise dès le départ. Mes interrogations restent pour l’instant entière, on se donne rendez-vous rapidement pour le debrief !

Je vous laisse avec un montage vidéo de quelques missions secondaires (garanties sans spoilers) que j’ai pu faire:

(désolée pour le gros logo, j’ai monté ça à la va-vite je l’avoue, je ferai plus discret la prochaine fois !)

Tom Clancy's The Division™ Beta_20160201201818 Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130214810Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130204329 Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130201127Tom Clancy's The Division™ Beta_20160130204102 Tom Clancy's The Division™ Beta_20160131194352

6 Comments Posted

  1. Je suis assez curieux sur le jeu. J’ai fait la beta qui m’a laissé sur ma faim comme toi en terme de contenu et avec cette grande inconnue concernant la Dark Zone. J’espère aussi que le modèle économique du jeu ne sera pas abusif (pas comme Destiny en fait). Du coup pour le moment j’attends vraiment les tests avant de craquer

    • J’ai hâte de m’y mettre pour de vrai mine de rien ! Je laisse passer la supra hype des premiers jours avant d’attaquer (bon et j’ai le platine de bloodborne sur le feu aussi j’avoue!) :)

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*