Nintendo Switch : j’y ai joué et je vous raconte.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInEmail this to someone

Bonjour bonjour ! J’espère que vous allez tous bien et que vous vous êtes confortablement enroulés dans un plaid douillet, armés de chocolat chaud pour affronter ce week end qui s’annonce froid.

De mon côté je vous écris cette note pour parler de ma soirée d’hier au Grand Palais. Point d’exposition au programme mais plutôt un aperçu de la nouvelle console de Nintendo: la Nintendo Switch.

Depuis son annonce, le nouveau bébé de Big N déchaîne la foule partagée entre hype et déception. De mon côté c’est avec l’esprit plutôt positif que je me suis rendue à ce test en avant première. Je ne suis pas une fan inconditionnelle de Nintendo mais j’apprécie ce que la firme japonaise nous offre et j’ai les dernières consoles à la maison. J’étais surtout excitée et curieuse de ce que j’allais découvrir au delà des controverses sur la puissance de la machine dont je me contrefiche un brin.

La console.

Le but de cet article n’est pas de faire le tour des caractéristiques techniques de la Nintendo Switch, des centaines d’articles existent déjà sur le sujet, et ils seront certainement bien meilleurs que ce que je pourrais vous faire. Je vais simplement vous lister rapidement ce que l’on sait de la chose et qui me semble pertinent :

Nintendo Switch

  • Sortie le 3 mars 2017
  • La console se veut à la fois console de salon et console nomade
  • 32 Go de mémoire + port SD
  • Console non zonée
  • Jusqu’à 8 joueurs en local
  • Les services online seront payant (période d’essai gratuite)
  • L’offre online premium vous permettra de jouir de jeux NES et SNES gratuitement tous les mois
  • Les jeux d’ores et déjà annoncés sont :

Pour son week end au Grand Palais, la console nous accueille dès l’entrée avec ses 3 modes en présentation :

  • Le mode TV : Vous pouvez jouer soit avec les Joy-Cons (reliés au grip pour plus de confort ou non), soit avec la Switch Pro Controller qui est très agréable (plus que celle de la WiiU pour comparer).
  • Le mode table : L’écran de la tablette est posé face aux joueurs et vous pouvez jouer à l’aide des Joy-Cons et/ou de la Pro Controller.
  • Mode tablette : A tout moment en jeu, vous avez la possibilité de dé-docker la tablette et les Joy-Cons du support de la console et en appuyant sur L + R + a, le jeu passe automatiquement sur l’écran de la tablette. C’est instantané et sans perte de framerate pour les jeux que j’ai pu tester en tout cas.
    Je suis curieuse de savoir si ce mode permet de servir de manette en jouant sur l’écran de télévision, je n’ai vu cette configuration nulle part.

De ce que j’ai vu et eu l’occasion de tester, la console est très jolie et complètement pensée pour sa nature nomade. Les Joy-Cons sont d’une légèreté et d’une finesse assez incroyable, en revanche je n’ai pas de retour à vous faire sur le poids de la tablette car elles étaient toutes reliées à une plaque anti-vol qui fausse totalement l’appréciation. Le confort de jeu est là même avec les Joy-Cons saisis à l’horizontale. L’expérience surprend au premier abord mais on s’habitue rapidement à la prise en main, même pour ceux qui en ont des imposantes (comme monsieur).
Les vibrations des manettes sont bien moins fortes que ce que peut renvoyer la Dualshock de la PS4 par exemple mais c’est pour le meilleur, ça retransmet suffisamment d’information sans déconcentrer le joueur.

La console n’était malheureusement pas accessible librement c’est donc le peu de retour que je peux vous faire. Sur l’aspect général la réalisation semble soignée, la Nintendo Switch est définitivement un bel objet.

Les jeux.

A l’arrivée, chaque visiteur se voyait remettre un passeport Nintendo Switch à faire tamponner après chaque jeu testé. C’était avant tout un moyen de gérer le flux visiteurs pour eux mais je suis fan de ce genre d’attentions.

Meilleure idée jamais, Nintendo.

C’est une véritable mini Switch-con qui prenait place dans un coin du Grand Palais: chaque jeu avait son stand dédié avec plusieurs bornes de test où un animateur était là pour guider les invités. La grande classe.

Monsieur et moi avons pu tester quelques jeux, voici mes impressions !

  • Zelda : Breath of the Wild.

Je ne vous fait pas plus attendre car, honnêtement, moi non plus je ne tenais pas en place. La licence bien connue de Nintendo me tient à cœur parce que des jeux comme Ocarina of Time font partie des jeux qui m’ont touché quand j’étais plus jeune. Le trailer de présentation et tout ce qu’on avait pu voir du jeu criait hommage aux opus les plus emblématiques de la série en plus d’inscrire plus certainement notre héros aux oreilles pointues et sa princesse dans la next gen. Je frétillais d’impatience à l’idée de pouvoir réellement tester le jeu. Chaque joueur avait 20 minutes pour se faire son idée.

On prend donc les commandes de Link qui, sans surprise, se réveille après semble-t-il un long sommeil. Le pauvre bougre est en slip mais on trouve rapidement de quoi le stuffer un peu une fois quelques pas accomplis. Heureusement car la caverne dans laquelle on se trouve n’est pas le plus chaud des endroits et surtout, notre héros dispose d’une jauge de température qui peut l’handicaper s’il n’est pas correctement équipé pour affronter le temps qu’il fait. Une autre jauge trône d’ailleurs à côté de celle ci, il s’agit d’une jauge de son et plus précisément du son que produit Link. C’est un véritable indicateur pour prendre un ennemi par surprise par exemple.
Quelques minutes plus tard on se retrouve sur le Plateau du Prélude après un joli plan d’ensemble de la zone qui paraît immense. D’ailleurs, un check de la zone du jeu via la map un peu plus tard me confirmera que le jeu est GRAND (photo un peu plus bas, la zone en surbrillance est la zone accessible pour la démo). Il est théoriquement open-world mais bien évidemment certaines zones ne deviennent accessible qu’au fil des aventures de Link.
Afin de combattre (je rappelle que le héros était en slip 5 minutes avant) on peut ramasser des branches à terre ou bien piquer leurs armes aux ennemis. Chaque arme a une durabilité relative à son niveau de rareté je suppose.
Une nouvelle mécanique fait son apparition : celle de la cuisine. Link peut, après avoir fait du feu à l’aide de branches et de silex trouvés dans son environnement, faire cuire ses aliments afin de les consommer plus tard pour reprendre de la vie.
J’ai erré quelques minutes dans la plaine le temps de couper quelques arbres et faire rôtir une pomme avant de me diriger vers l’objectif indiqué sur ma carte: une tour. En « activant » cette tour, des donjons apparaissent sur la carte. Des donjons qui, selon notre sympathique animateur, sont optionnels et se dénombrent par plusieurs dizaines. Le temps de taper quelques ennemis et les 20 minutes étaient écoulées.

J’ai pu tester le jeu sur écran de télévision et sur la tablette et honnêtement, je ne le trouve pas très beau. Cependant je m’en fiche un peu. La direction artistique et le game design suffit à faire passer au second plan quelques soucis d’aliasing et de finesse des graphismes. C’est du cel shading, on s’en fiche de tout ça, non ?

Si je me base sur ces 20 minutes de jeu, Zelda Breath of the Wild sera un must have de ce line up Nintendo Switch. Espérons que le produit final me donnera raison.

Je vous laisse avec le dernier trailer en date :

  • Mario Kart 8 Deluxe

Ce soir là nous avons eu aussi l’occasion de tester le Mario Kart de la Switch: Mario Kart 8 Deluxe. Il était possible de faire une course à deux sur un écran de télévision ou bien de s’asseoir à la table et jouer à 8 sur la tablette. Monsieur et moi avons opté pour le second choix afin de voir ce que valait la bête justement.

Comme je vous le disais plus haut, la qualité de la dalle n’est pas questionner. Le jeu est fluide bien que nous soyons 8 à jouer.

Les nouveauté notables sont l’arrivée des personnages de Splatoon (leur animation est vraiment cool) et le fait de pouvoir stocker un objet lorsqu’on passe dans un cube mystère et qu’on a déjà un objet d’équipé. La bagarre n’en est que plus féroce !

Ci dessous le trailer de l’autre jeu Mario prévu pour la Switch, un inédit celui là: Super Mario Odyssey. La hype est forte !

  • Snipper Clips

Snipper Clips c’est un petit jeu en coop aux personnages trop mignons. On incarne deux petits bouts de papier sur pattes qui peuvent changer leur forme en se faisant couper par leur partenaire. Le but est de passer de niveau en niveau en accomplissant les tâches demandées. Réflexion, travail d’équipe et rigolade au rendez-vous !

On a testé le jeu avec les Joy-Cons à l’horizontale et si c’était un peu déroutant au début, on s’y fait rapidement. Le jeu demande une certaine dextérité pour réussir les épreuves alors il fallait faire ça sérieusement !

Typiquement le jeu à jouer quand on est en voyage dans le train ou l’avion, ou bien quand on est pas chez soi !

  • En conclusion.

Je ressors de cette heure et demi de jeu plutôt satisfaite et confortée dans l’idée que la Nintendo Switch a ce qu’il faut pour réussir.
Reste à savoir si son line up va séduire les joueurs et lui permettre de montrer ce qu’elle a dans le ventre… Quid de la course à la performance ?

De mon côté, le peu de choses que j’ai pu voir m’a convaincu dans le fait d’investir dedans dès que possible.
Le gros point flou reste quand même l’autonomie de la console et particulièrement en mode nomade. Elle a clairement été pensé pour être jouée hors des salons ce serait dommage qu’une autonomie suffisante lui fasse défaut. A surveiller donc.

J’aurais souhaité vous donner mon ressenti sur plus de jeux malheureusement on nous a fait sortir un peu avant la fin. Arms à l’air terriblement fun et j’aurais aimé voir si Splatoon 2 promettait d’être plus convaincant que le premier.

N’hésitez pas à me poser des questions en commentaire ou sur Twitter si besoin !


1 Trackbacks & Pingbacks

  1. (Nintendo) Switch From Downtown! | Game Inferno

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*