HZD Frozen Wilds : Je voudrais un bonhomme de neeeeeige !

Peut-être vous en souvenez vous, je vous racontais il y a quelques mois mes aventures dans l’excellent Horizon Zero Dawn.
Étant tombé d’amour pour Aloy et l’univers dans lequel elle évoluait, j’attendais donc le DLC Frozen Wilds avec impatience. Je remercie d’ailleurs très fort Julien de m’avoir donné un code afin de le tester (du coup si vous n’aviez pas compris, cet article est rédigé grâce à un code fournit par l’éditeur) !

Bienvenue chez les Banuks

La chose qui m’enchantait le plus à l’annonce de cette extension, au delà du plaisir de retrouver Aloy bien sur, c’était le fait qu’elle allait être centrée sur les Banuks. Ce peuple singulier avait été relativement négligé dans l’histoire de base, bien qu’il y ai eu sa place le temps d’une mission secondaire ainsi qu’à travers certaines tenues d’Aloy. Ce qui m’attirait chez eux c’était à la fois l’univers coloré dans lequel ils vivaient, leur tradition de clan qui avait l’air de compter plus que tout mais aussi leur histoire si mystérieuse: comment un peuple humain en est-il venu à cohabiter avec les machines alors que tout leur est hostile ?
Bref, les Banuks ça me branchait to-ta-le-ment et j’avais hâte de les retrouver … ou plutôt de les rencontrer enfin ! Frozen Wilds ne m’a pas déçu sur ce point là, bien au contraire. On découvre beaucoup de choses sur ce peuple: ses traditions, ses coutumes, comment ils vivent et s’organisent au quotidien. C’est un plaisir de plonger dans cet univers et surtout de le voir confronté à Aloy qui, de part son vécu et son expérience pourrait balayer la moindre des croyances fondatrices du culte des Banuk mais se retrouve parfois à douter et à se remettre en question elle même. On oublie donc pas de faire grandir notre héroïne dans cette extension tout en ouvrant un peu plus nos horizons (hoho).

Les Banuks extraient leur propres pigments pour en faire des peintures, teindre les vêtements, etc …

La direction artistique de ce DLC est travaillée tout autour des Banuks, forcément, et c’est un de ses gros points forts. Entre les couleurs vives qui tranchent dans la neige omniprésente, les tubes lumineux jalonnant les chemins, grottes et villages, les tentures et les matières naturelles, la culture du peuple vit tout autour de nous et c’est un plaisir pour les yeux.
A côté de ça, cela peut paraître idiot, mais mention spéciale à la neige qui, tant part l’apparence que par le son est une réussite totale. On est frigorifié du début à la fin, c’est à la fois génial et atroce ! J’adorais faire rouler Aloy dans la neige, la voir marcher enlisée jusqu’aux genoux dans cet enfer blanc mais en même temps je frissonnais de froid avec elle et refusait catégoriquement de lui faire porter une tenue faite autrement qu’en peau.  Bref, l’environnement, c’est convaincu/20.

« Viiiiiser la luuuuune ça me fait pas peeeeuuur… »

 

Les nouveaux copains

Dans mon précédent article sur le jeu j’avais mis un gros bon point pour ses personnages secondaires de qualité et notamment les personnages féminins. Frozen Wilds ne déroge pas à la règle et nous offre encore des PNJ hauts en couleurs et franchement très touchants tous autant qu’ils sont.

Ikrie c’est mon coup de cœur de Frozen Wilds <3

Chacun dispose de quêtes secondaires riches et plus intéressantes que de simples quêtes « Fedex ». Ikrie par exemple, est un bon prétexte pour tirer parti au maximum de la nouvelle zone de chasse. D’autres vous entraîneront à trouver les points faibles des nouvelles machines grâce à vos nouvelles armes, etc. On compte encore une majorité de personnages notables féminins et du coup, ben je le précise encore une fois et en gras, parce que c’est cool.
J’ai été particulièrement touchée par deux PNJ qu’on ne croise jamais et qu’on découvre seulement à travers les vestige du temps passé. On ne se doute même pas de combien ces bouts d’âmes que l’on apprend à connaître via leurs échanges de messages vieux de centaines d’années vont nous frapper en plein cœur. Bravo aux développeurs et aux scénaristes pour cette surprise à la fois douce et amère.

Malgré la tête d’Aloy dans le fond, Gildun a été mon moment de franche rigolade de cette extension !

Parmi les nouveaux copains que nous apporte Frozen Wilds, il ne faut pas oublier nos nouveaux copains machines ! Et quelles machines ! A n’en pas douter les plus redoutables que l’on peut croiser dans le jeu. Le challenge est vraiment là face à ces nouvelles bêtes encore plus grosses et agressives que les autres. Leur design est monstrueux(-sement réussi) et leur pattern redoutable ! Croyez moi, ça fait mal et on y réfléchit à deux fois avant d’attaquer de front (si on a le luxe de voir avant d’être vu). Heureusement pour moi, j’étais équipée d’une tenue bien cheaté qui me permettait d’encaisser des dégâts sans broncher !

Les attaques sautées depuis la monture <3

Cette tenue d’ailleurs, je sais que vous savez de laquelle je parle ! ;) Les développeurs ont pensé à tout et même à intégrer une bestiole qui ANNULE les bénéfices qu’elle nous apporte ! Sur le coup, j’ai vu flou je l’avoue, mais ensuite je me suis dit que c’était quand même carrément bien joué. Le DLC intervenant avant la fin du jeu dans la chronologie, il aurait été trop facile pour les joueurs ayant déjà terminé leur aventure de bénéficier d’avantages trop puissants liés à l’end-game. Il y a une logique dans cette équipe de développement et je l’aime beaucoup !
Les quelques nouvelles compétences octroyées à Aloy sont aussi très cools comme l’attaque sautée depuis sa monture (swag !) ou le fait de pouvoir réparer un compagnon endommagé.

En bref

Je n’ai pas beaucoup parlé de la trame principale de ce DLC déjà pour ne pas spoiler outre mesure, aussi parce que cette information là vous pouvez la retrouver sur Wikipédia mais surtout parce que le principal intérêt de l’extension est tout autour à mon sens. Il ne faut certes pas pour autant la mettre de côté, parce qu’elle est tout de même de qualité et sans vraiment répondre aux questions que soulevaient la fin du jeu elle éclaire certaines parties intéressantes, notamment autour de Sylens et de Gaia.

Frozen Wild, c’est un gros oui, surtout si comme moi vous aviez été envoûté par Aloy et ses pérégrinations.

Et vous, vous en avez pensé quoi ?

(Je vous laisse avec une galerie de capture parce que je ne veux pas laisser ces jolies images dans ma console)




Leave a Reply

Your email address will not be published.


*