Gran Turismo Sport : la passion du vroum vroum !

(NDLR: Je laisse la copine Mistukiie faire ses premiers pas de blogueuse ici, on se retrouve pour un prochain article ! – Pitch’)

Mettez votre combinaison et votre casque parce qu’on va rouler à toute vitesse !

Grande fan des jeux de voiture depuis toute petite, quand on m’a donné l’occasion de jouer à Grand Turismo Sport pour en sortir un article, je peux vous assurer que la hype était présente ! Encore un grand merci à Pitch’ de me donner cette opportunité.

Un accueil époustouflant

Dès le chargement du jeu on se retrouve face à un générique d’une qualité qui met l’eau à la bouche. Mélangeant les différentes époques de course, et la technologie d’aujourd’hui via la 3D. Voir autant de joie sur les visages des champions quelque soit l’époque met des étoiles dans les yeux.

Une fois arrivé dans les menus, le jeu nous offre notre toute première voiture qui arrive en roulant tout doucement, ce que je trouve assez cool !

Le menu général du jeu est assez simple à utiliser, aéré et bien pensé. J’apprécie également les diaporamas qui offrent des petites démonstrations de conduite de certains modèles de voiture, des shots de qualité mais aussi des anecdotes, tel un musée de l’automobile.

La campagne solo

Quelle nostalgie de se retrouver à passer son permis sur GT après tant d’années. Les leçons de conduite se divisent en 2 catégories : Débutant et Intermédiaire. Ces dernières sont chacune constituées de 24 épreuves. Toutes les 8 épreuves réussies, on obtient une nouvelle voiture en récompense. On obtient une récompense dès l’instant où on obtient le bronze mais pour les perfectionnistes l’appel au trophée d’or est plus fort que tout ! Le jeu propose également différentes missions qui nous mettent dans différentes situations que l’on peut rencontrer dans les courses. Par exemple : dépasser les IA et finir sur le podium au minimum, renverser un certain nombre de cônes disposés sur le circuit, et atteindre une vitesse donnée.
Puis enfin l’expérience de circuit qui propose différents circuits avec des défis adaptés, elle nous permet de nous entraîner sur différentes parties telles que les virages à difficulté variable avant d’attaquer entièrement le circuit. Ce qui apporte une aide pour les noobs comme moi qui ont du mal dans certains virages (pour ne pas dire tous)!

Arcade

Cette partie propose différents modes de jeu : course simple, contre la montre, des défis dérapage, de la course perso, une course à deux avec le système d’écran partagé, mais aussi une expérience VR. Une petite touche de nostalgie quand j’ai joué le mode « 2J écran partagé » avec mon papa, histoire de rappeler le bon vieux temps. Un petit bémol pour le mode solo: l’intelligence artificielle. Les IA contre qui nous jouons se comportent comme si on ne participait pas à la course, ce qui est très vite agaçant quand on veut doubler sans pénalité.

Le multijoueur : la réunion des passionnés

Avant de pouvoir jouer en multijoueur, nous avons l’obligation de regarder deux vidéos sur le fair-play. Ce qui est bien pensé en soi mais malheureusement pas assez respecté.

La partie en ligne est très bien travaillée, on sent que le studio pousse les joueurs à jouer ensemble plutôt que dans leur coin. Chaque joueur a ses statistiques propres : son rang de fair-play allant du rang E à S (RFP), son rang de pilote (RP), mais aussi son chrono.

Il est possible de participer à des courses journalières de trois catégories : Monotype, Groupe 3 et Groupe 4; avec bien évidemment des séances de qualifications faisables sur plusieurs heures pour placer les joueurs sur la ligne de départ. Le matchmaking de GTSport est bien pensé, il cherche à réunir des joueurs du même niveau. Vous le pensez bien, pour augmenter son fair-play il vous faudra enchaîner des courses en matchmaking et avoir une bonne conduite.

Et pour les plus courageux il y a le championnat. Avant le début de course il y a une qualification avec un temps limité à 7~8 minutes. Il est constitué de plusieurs manches. A la fin de chaque course, vous recevez des points selon votre performance et vous l’aurez compris, plus vous avez de points, plus votre place dans le championnat sera meilleure.

Le point positif : le jeu détecte si un joueur est « AFK », ou bien décide de troller en roulant en sens inverse par exemple, et désactive les collisions: la voiture devient alors comme un fantôme.

Parlons du Fair-Play, petit bémol que j’ai relevé: il arrive qu’on prenne des pénalités alors qu’on a subi une collision. Mais je trouve que c’est une bonne initiative de pousser les joueurs à se respecter entre eux, comme le font les pilotes sur les circuits.

Quoi de plus marrant que jouer entre amis et se taquiner dans les virages ? C’est toujours sympa de jouer entre amis. Nous avons la possibilité de créer un salon, suite à cela on choisit un type de voiture et chacun vote pour son circuit.

Petite pensée à Liryc-Sama et mOukii avec qui j’ai pu expérimenter ce mode, mOukii alias le joueur le plus chanceux qui sur 5 votes, a vu son circuit choisi 5 fois. Bien sûr il votait pour les circuits les plus sadiques en virage, ce n’était pas fun sinon.

L’évolution qui claque !

Ces illustrations le montrent bien, entre le tout premier GT et ce dernier, l’évolution est plus que marquante. Beaucoup de joueurs ne se rendent pas compte de la difficulté que rencontrent les infographistes 3D à faire du réaliste tout en optimisant pour que le jeu soit fluide sachant que les consoles ont moins de capacité de FPS que le PC. Mes yeux brillent devant ces shaders de qualité, les réflexions de la lumière qui embrassent parfaitement les carrosseries.
Je suis mignonne à parler de mon domaine mais qu’est ce qu’un shader ? Il s’agit d’un programme exécuté par la carte graphique, pour vous faire un petit résumé, chaque élément qui doit être affiché au rendu passe par le shader (texture, lumière, l’ombrage, etc).

Mais il n’y a pas que ça, le travail sur une interface plus fine, plus propre et très agréable. Parlons-en des environnements ! Des effets de lumières naturels, de beaux paysages. A noter que je joue sur une PS4 Slim donc je n’ose même pas imaginer en 4K sur la PS4 Pro.. Ppppssst on m’a dit dans l’oreillette que le jeu était encore plus beau !

 

Une envie d’avoir un fond d’écran avec votre voiture favorite et personnalisée ? Grâce au mode Scapes cette envie est réalisable. On a différentes possibilités qui s’offrent à nous : le choix de l’environnement, le choix de la voiture, son placement que ce soit sa translation (à une certaine limite tout de même) et sa rotation, les réglages avancés de la caméra, et l’ajout d’effets. Une belle occasion de révéler son côté artistique !

La touche sonore, parce qu’on adore entendre les VROUM VROUM !

Un jeu sans un travail de son approfondi est un jeu à qui il manquera toujours quelque chose.

Dans le menu principal mais aussi lors des courses on a aléatoirement une musique qui peut aussi bien dater qu’être récente. Ce qui est assez sympa car on n’est pas lassé d’avoir tout le temps la même musique quand on enchaîne les essais sur un même défi. Bien évidemment on n’oublie pas les petites musiques d’ambiances dans les menus du jeu, parfois on a l’impression d’être dans un ascenseur de film.

Et puis un élément essentiel… LE VROUM VROUM. Tous les joueurs passionnés comme casuals vous diront tous : « Qu’est-ce que c’est agréable d’entendre un bon moteur ! »

Personnellement entendre la bonne accélération me motive à fond et je vis encore plus le jeu, alors quand il y a ma musique favorite dans le jeu  (« Run Boy Run » de Woodkid) vous me perdez je suis hyyyyypée de fou !

 

Un dernier mot pour la fin..

Si vous aimez les jeux de voiture, les beaux graphismes et les rigolades entre amis, n’hésitez pas !

Je vous laisse prendre le volant, roulez, ne pensez à rien d’autre qu’à kiffer le moment présent !

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*